gestion de patrimoine
Nous contacter

ORNAY FINANCE
22 place Léon Bugnot
85000 La Roche sur Yon
Tél : 02 51 37 03 30
Fax : 02 51 05 42 33

Point sur les marchés financiers

Le 22 mai 2018

Point marché hebdomadaire

Sueurs froides

Une fois encore l’actualité politique n’a pas manqué d’agiter les marchés la semaine passée. Loin des enjeux soulevés par la diplomatie trumpienne, celle qui a tenu les investisseurs en haleine est d’une envergure plus modeste. Pour autant, l’issue des pourparlers entre M5S et la Ligue pour la constitution d’un programme commun et d’un gouvernement en Italie n’a rien d’anodin. Surtout lorsqu’ils portent sur l’avenir du pays au sein de l’Union. Plus que le Brexit, les implications d’un « Itaxit » menacerait plus sérieusement les fondements de l’Union européenne. L’évocation d’une procédure de sortie de la zone euro ou d’un effacement de la dette a donné des sueurs froides au marché de taux. Le rendement des emprunts d’État italien (BTP) à 10 ans a touché 2,31 % soit un plus haut de près de trois ans. Une piqûre de rappel pour un pays dont la dette (2 250 milliards d’euros) représente 131,8 % du PIB - le ratio le plus élevé après celui de la Grèce – et dont le secteur bancaire reste très vulnérable. Les protagonistes se sont finalement entendus sur un « contrat de gouvernement » écartant le scénario d’un « Itaxit » mais qui va résolument à contre-courant de l’orthodoxie budgétaire imposée par Bruxelles. La poussée de fièvre du 10 ans italien a également eu des conséquences sur le Bund de même maturité qui a atteint un plus haut hebdomadaire de 0,643 %. Cette remontée tenait aussi à celle, concomitante, du T-Bond qui s’est durablement installé au-dessus des 3 %. Sur la semaine écoulée, le rendement des emprunts d’État américain a ainsi touché 3,14 % au plus haut depuis cinq ans. Sur fond de nouvelle hausse des cours du pétrole – le Brent est succinctement passé au-dessus des 80 dollars – et d’indicateurs encourageants, la politique monétaire de la Fed fait l’objet de nouvelles spéculations. Quelles qu’en soient les raisons, cette remontée générale des taux nous apparaît s’intégrer logiquement au contexte de normalisation progressive de l’environnement monétaire, économique et de marché.

 

Pour lire la suite cliquez ici